Décryptages et prospectives des usages de l'influence collective

Décryptages et prospectives des usages de l'influence collective

12 mars 2018

Tom Lowe
12 mars 2018

La bulle de filtre

C’est l’idée selon laquelle les algorithmes des réseaux sociaux ne vous proposent que des contenus qui vous intéressent déjà. Dans le fil d’actualité de Facebook apparaissent donc par exemple, les publications des amis avec qui vous interagissez souvent ou des médias que vous lisez régulièrement. L’algorithme calcule ce que l’utilisateur peut voir en fonction de son nombre de likes et de shares, ce qui le conduit à se retrouver comme dans une bulle.

Concept inventé en 2011 par Eli Pariser, activiste et militant Internet orienté à gauche, le terme “bulle de filtre” renvoie à l’isolement produit par ce mécanisme : chaque internaute accède à une version différente du web, il reste dans une “bulle” unique et optimisée pour lui. Paradoxalement, dans un monde où Internet a été fondé pour nous interconnecter et nous rassembler, les bulles de filtre font en réalité l’inverse et vous renferment sur vous-mêmes. Elle est partout : sur tous les GAFA, comme sur les plus petits sites, et cela parce qu’elle est relativement facile à mettre en place. La bulle de filtre se sert des algorithmes. Les filtres algorithmiques optimisent les plateformes pour favoriser l’engagement et la rétention des internautes dans le but de vendre l’attention des utilisateurs aux annonceurs.

Tout l’enjeu à venir consiste donc à proposer d’autres modalités pour filtrer les contenus, ou mieux encore, de permettre aux utilisateurs d’accéder, de décider des paramètres des filtres qui les façonnent. C’est le nom d’un projet en cours de développement d’une petite équipe au Centre du MIT Media Lab pour les médias civic. Ce projet part du constat que nous vivons dans un monde où nous sommes de plus en plus informés via les réseaux sociaux. Toutefois, l’opacité des algorithmes qui régissent ce qui arrive sur nos murs pose de vraies questions sur notre rapport à l’information et sur notre libre-arbitre citoyen. Pour nous aider à nous affranchir, de cette chambre d’échos dans laquelle nous enferment les principaux réseaux, cette équipe a donc créé Gobo.

Une fois inscrit sur Gobo, il faut connecter ses autres profils sociaux (pour l’instant Twitter et Facebook). L’outil va ensuite proposer des nouvelles que vous ne verriez pas autrement et à différents niveaux.

Est-ce que cette initiative “citoyenne”, est à l’aube d’un mouvement de fond contre les algorithmes, qui nous priveraient de notre liberté ?

 


extrait de l’article sur internetactu.net

Avant l’internet, les grands médias étaient nos filtres sur le monde. Selon le journal que vous achetiez, la chaîne de radio ou de télévision que vous suiviez, votre vision du monde était différente, rappelle sur son blog Ethan Zuckerman (@ethanz), directeur du Centre pour les médias civiques du MIT (@civicMIT). Puis, internet et ses puissants moteurs de recherche ont permis de faire naître des filtres selon ses centres d’intérêts. Les médias sociaux ont ensuite proposé une autre forme de filtre, des filtres basés sur nos relations sociales…

Lire l’article

Mario Rodriguez

Responsable éditorial de la marque média Social Dynamite

Recevez un résumé mensuel de nos articles
Les articles récents
Pour en finir avec la fausse influence en ligneCet article anglophone de marketoonist.com nous a fait sourire à contrecœur, car il pointe le...Lire la suite
Nouveaux codes du management, Astrosurfing et stats utiles du Content Marketing B2B  Les nouveaux codes du management       La transformation digitale des entreprises et organisations sonnerait elle le glas...Lire la suite
Julien Carlier : La transformation digitale tient avant tout de l'exemplarité des dirigeants. Quel est le rôle des dirigeants dans la transformation numérique ?  La transformation numérique est souvent...Lire la suite